P. Gust Van den Broeck SVD, un héros dans l’ombre

22/3/31 – 26/9/19

P. Gust Van den Broeck SVD

Gust (Augustin) Van den Broeck est né le 22/3/31 à St Leenarts en Belgique. Il est entré au petit séminaire de la SVD en 1944, au noviciat en 1951 et fut ordonné prêtre le 14/8/55. A ce moment, la jeune Mission-SVD au Congo Belge était à la recherche du personnel, surtout des CONFRERES BELGES. Ainsi, après son ordination, le P. Gust fut affecté au Congo, mais faisait d’abord une année d’études à Louvain pour se préparer à une carrière dans l’enseignement. Après cette année il a dû interrompre ses études, car à Bandundu il manquait quelqu’un pour enseigner les élèves de la “6ème sélectionnée” et son supérieur fit appel à lui. Le P. Gust accepta.

PP Gust, Api Van Den Heijden, Fr Cléopas Broekman

Congo

Il arriva au Congo le 28/9/57. Selon le témoignage du P. Gust, ce travail à l’école était une tâche dur qui demandait beaucoup de préparation de sa part.  Le P. Gust demanda une mutation. Ainsi, après une année à l’école, il fut libéré de ce travail et fut envoyé à Bagata, où il fit l’apostolat de la brousse. Il y trouva le P. Winters comme curé qui, un peu plus, tard fut remplacé par le P. van Baal. Le Fr. Cléophas Broeckman s’occupait de la construction de l’église que le Fr. Baptiste avait déjà bien préparée. Le travail à Bagata ne satisfaisait pas tout à fait le P. Gust. Il demanda de pouvoir continuer ses études.     

Le P. Régional H. Finken essaya de le convaincre de prolonger encore son ministère à Bagata.  En date du 2/5/59, lui conseilla en bref ceci:  ne pas encore aller à “Kimwenza” ou en Belgique pour continuer les études, mais plutôt l’année suivante, si cela paraissait encore souhaitable.

Le P. Finken avança trois suggestions formulées ainsi:

– Regardons d’abord, comment tu termineras cette année à Bagata;

– Vous avez vaincu à Bagata les difficultés du début et vous pouvez commencer à bien travailler. C’est pour cela qu’une deuxième année à Bagata sera meilleure pour vous que la première. En plus, pendant cette année vous apprendrez encore beaucoup en ce qui concerne la langue et la pratique (missionnaire).

– Il n’est pas bien pour un poste ou pour une école s’il y a trop de changements en personnel.”

Dans les archives il n’y a pas de réponse de la part du P. Van den Broeck à ces suggestions.

Juin 1959, visite du P Géneral Schutte (millieu); à droite: P Gust Van den Broeck

BELGIQUE

“Malgré la grâce de Dieu”

Nous savons que le 23/9/59 le P. Gust quitta le Congo pour reprendre ses études à Louvain. Mais avant de les avoir terminées il devait les interrompre à nouveau, car ses supérieurs lui demandèrent d’être Préfet au Collège St Joseph à Overijse. Les raisons que le P. Gust avançait pour décliner cette responsabilité n’ont pas convaincu ses supérieurs. Le P. Gust était convaincu qu’il n’avait pas l’autorité naturelle du P. Lardenoye qu’il devait remplacer. Mais son supérieur insistait qu'”avec la grâce de Dieu” le P. Gust saurait bien remplir sa tâche. Selon le P. van Broeck, après 2 ans c’était la catastrophe et le supérieur comprenait qu’il avait trop demandé au P. Gust qui était épuisé et frustré.

Déjà le 12/12/62 le nouveau Régional P. Suntjens lui écrivit qu’il avait entendu que le P. van den Broeck n’était plus Préfet à Overijse et lui demanda s’il était encore interessé au Congo. Dans ce cas-là il lui proposa de revenir et lui promit qu’il sera accueilli à bras ouverts pour travailler dans la pastorale, dans l’enseignement ou dans l’administration, selon son propre souhait. A cette lettre aussi nous ne trouvons pas de réponse.

En 1963 on lui confia une tâche plus légère en Belgique: donner la psychologie et quelques autres cours aux novices à Heide. Là, le P. Gust se sentait plus à l’aise, mais en 1965, la jeune province autonome lui lança un nouveau défi: être procureur des Missions.

“Avec la grâce de Dieu”

De nouveau le P. Gust avança des raisons pour ne pas faire ce travail, car il n’avait aucune expérience et aucune formation pour cette nouvelle tâche. Mais ses supérieurs essayèrent de nouveau de le convaincre en évoquant la “grâce de Dieu”. Et il semble que cette fois-ci Dieu était avec les supérieurs …… et avec le P. Gust. Malgré certaines difficultés du début, le P. Gust s’est bien habitué à ce nouveau travail qu’il a bien accompli pendant plus de 50 ans.

Le champ de ce travail était multiple: amener les confrères ou chercher les confrères à l’aéroport de Bruxelles (Zaventem) et/ou à la gare, acheter et confirmer leurs billets, accueillir les confrères à Overijse, acheter des pièces d’échange, les envoyer au Congo, emballer et envoyer d’autres colis au Congo, acheter des journaux et des livres et les expédier au Congo, transférer de l’argent, faire la comptabilité. Tout cela pas seulement pour les confrères, mais aussi pour les évêques, les abbés, les Soeurs etc. Il collaborait beaucoup avec Verbum Bible et acceptait volontiers des services pastoraux à Overijse et dans les environs.

Depuis 1988 il était l’unique confrère SVD à Overijse. 

Même quand ses forces diminuaient car il souffrait du dos et ses jambes ne lui obéissaient plus, le P. Gust s’efforçait de continuer son service loin au-delà de l’âge de 80 ans.

Il avait trouvé un collaborateur fidèle dans la personne de Mr Gerhard Bender, beau-frère du Fr. Adolphe Stegmaier qui était pensionné et s’occupait du ménage et accompagnait le P. Gust fidèlement pendant toutes ses courses, surtout pour amener ou pour chercher les confrères à l’aéroport de Zaventem..

Le déclin

En 2018 le P. Gust accepta finalement de quitter son cher Overijse et de se rendre à Teteringen aus Pays Bas, car son état de santé demanda un accompagnement médical plus suivi.  Malgré ces meilleurs soins, ses forces continuaient à diminuer.

Le samedi 21/9/19 le père reçut le sacrement des malades en présence de membres de sa famille et de plusieurs confrères. Le lundi, 23 septembre le P. Matthieu Thekkeyil m’avait informé que l’état de santé du P. Van den Broeck était grave et critique. J’ai adressé au père un  mot de remerciements à travers son recteur pour tous les services qu’il a rendus aux confrères de notre Province, mais aussi au diocèse de Kenge pendant plus de 50 ans à partir de la Procure d’Overijse.

Le jeudi le 26 septembre 2019 le P. Gust, le “serviteur bon et fidèle” qui a servi son Dieu à travers tous les confrères qui ont bénéficié de sa bonté et de ses service, a remis son âme à son Créateur. Il est mort à l’âge de 88 ans. Certainement il a déjà entendu les paroles de son Maître: “Entre dans la joie du Seigneur”. C’est notre souhait et notre prière pour lui. AU REVOIR, GUST!

Advertisements